Maîtrise foncière et Paysans de nature®
Groupe de barges se nourrissant dans une prairie inondée au printemps. © Rémi Bontemps

Maîtrise foncière et Paysans de nature®

Maîtriser le foncier, un outil de protection de la nature déjà ancien et pérenne, nécessaire, mais pas toujours suffisant…

© Benoît Perrotin

La LPO achète du foncier en Vendée depuis plus de 20 ans, car elle considère que c’est un outil pérenne de protection de la nature, le propriétaire d’un terrain étant en capacité d’influer sur la gestion de celui-ci, par l’outil des baux ruraux à clauses environnementales.

En Vendée, plus de 350 ha de prairies de marais ont été achetées entre 1990 et 2000, et depuis 2008 la LPO Vendée a relancé la dynamique d’achat de foncier, notamment en zone humide, permettant d’aboutir à 570 ha en 2016, sur l’ensemble du territoire.

Jusqu’au début des années 2010, la gestion des terrains de la LPO en Vendée était confiée à des éleveurs déjà en place, au moyen de baux ruraux à clauses environnementales, de fermages réduits au montant des charges foncières et la possibilité de contractualiser des Mesures Agro-Environnementales (MAE).

La maîtrise foncière et les MAE ont été utiles mais parfois insuffisantes pour enrayer le déclin de la biodiversité.

Penser global, agir local… ou un nouvel outil de création d’espaces protégés : les Paysans de nature®

Quelques constats pour comprendre l’origine d’un nouvel outil au service de la protection de la nature :

Ce nouvel outil de restauration et de protection des milieux naturels est la recherche, la formation et l’installation, sur des terrains dont la LPO a la maîtrise foncière (ou pas), de nouveaux agriculteurs (parfois naturalistes), pour qui la protection de la biodiversité est une préoccupation aussi importante que la production. Ces Paysans de nature® pratiquent une agriculture extensive, biologique ou très proche des valeurs de l’agriculture biologique, et s’interrogent en plus sur la place qu’ils peuvent laisser à la nature sauvage dans leurs fermes (y compris celle “qui ne sert à rien”). Ils vendent très souvent leurs produits en direct, créant de l’emploi et du lien avec les habitants du territoire.

© Rémi Bontemps
© Rémi Bontemps

Ceci s’accompagne d’une implication citoyenne importante, par plusieurs biais (sorties nature dans les fermes, réseaux de consommateurs, aide financière à l’installation…), qui permet de réconcilier une part de la société avec la biodiversité.

Ceci permet de tisser des liens avec d’autres acteurs de l’agriculture durable, de la protection de la nature (Terre de Liens, groupements d’agriculteurs, réseaux de consommateurs, associations locales de protection de l’environnement…), des collectivités, qui s’y retrouvent dans la dimension économique locale, mais aussi des financeurs privés séduits par cette démarche citoyenne (fondations).

Les acteurs agricoles, les réseaux de consommateurs, les élus et les entreprises privées sont particulièrement sensibles aux notions de relocalisation de l’économie et d’augmentation de la valeur ajoutée des produits agricoles, dans le contexte défavorable des filières d’élevage.

L’intervention de la LPO Vendée consiste, au-delà de la maîtrise foncière, à accompagner ces paysans de nature dans la prise en compte de la biodiversité (suivis biologiques, conseils, accueil du public pour des sorties naturalistes par exemple), afin qu’ils deviennent de véritables conservateurs bénévoles d’une nouvelle forme de réserves naturelles, et qu’ils soient des ambassadeurs de la protection de la nature (en savoir plus sur les Paysans de nature®  et voir la page Facebook).

Une partie du travail d’accompagnement par la LPO Vendée est assurée par des bénévoles de l’association, ce qui permet de démultiplier à la fois le temps de travail, la qualité d’expertise et les liens sur le territoire entre les adhérents LPO (qui sont aussi des consommateurs !), les éleveurs et les consommateurs de la ferme, les élus, les écoles, les centres de loisirs etc…

Il s’agit ainsi d’assurer la préservation de territoires à très long terme, à moindre coût de gestion, car ces nouveaux paysans de nature sont convaincus, ancreront leurs actions dans la durée, en seront fiers, et constitueront des cas d’école pour les paysans de demain et même leurs voisins actuels. C’est en définitive un outil permettant d’agir rapidement à des échelles spatiales intéressantes, et qui sort de la logique du “sauvetage”.

La démarche est innovante dans la mesure où, pour la première fois depuis la loi de 1976, il s’agit d’utiliser l’agriculture comme un outil de protection de la nature et d’en finir avec les oppositions entre naturalistes et agriculteurs, de réconcilier agriculteurs, naturalistes et citoyens autour d’un même projet.

Et la Barge à queue noire, dans cette histoire ?

En Marais breton, seul territoire français (européen ?) où les effectifs de Barge à queue noire nicheuse sont stables voire en augmentation, l’installation de Paysans de nature® a contribué à ce bon état de santé. En effet, ces éleveurs, qui ont investi progressivement depuis 10 ans le sud du territoire occupé par les barges, ont converti des zones cultivées en prairie ont remis de l’eau au printemps dans des prairies qui n’avaient plus rien d’humide (parfois au détriment de la production de foin, et souvent au-delà des exigences des cahiers des charges des MAE les plus exigeantes) et mis en place un pâturage extensif et exempt de pesticides.

Résultat : ces sites, autrefois vierges de barges à queue noire, accueillent dorénavant 15 % de la population du Marais breton.

Cette dynamique, combinée aux MAE dont les Paysans de nature® profitent également, a permis d’étendre rapidement la zone de nidification de la Barge à queue noire et des espèces qui l’accompagnent (Vanneau huppé, Chevalier gambette, Canard souchet…).

Actuellement, au moins 5 Paysans de nature® sont concernés par la nidification de la Barge à queue noire.

NB : Paysan de nature®  est une marque déposée de la coordination régionale LPO Pays de la Loire. Une charte, qui décrit les engagements des Paysans de nature® et des associations environnementales qui les accompagnent, est en cours de construction. Elle sera bientôt disponible ici et sur les sites de la LPO Vendée et de la coordination régionale LPO Pays de la Loire. La marque et la charte ne peuvent être utilisées sans autorisation de la coordination régionale, qui prévoit une convention pour les associations désireuses de s’associer au réseau.